Les 5 étapes pour mener à bien une traduction technique

 

À un moment donné, et pour une raison ou pour une autre, toute entreprise peut avoir besoin de traduire certains documents techniques vers une langue étrangère donnée. La traduction de tels documents est cependant loin d’être une tâche facile. Afin de la mener à bien, il est indispensable de passer par un certain nombre d’étapes clés. Rien ne doit être laissé au hasard pour éviter les éventuelles mauvaises surprises. L’enjeu est en effet trop important au point qu’on doit à tout prix éviter les moindres erreurs.

Analyse du projet

Contrairement à certains types de traductions, les traductions techniques  nécessitent une analyse minutieuse pour les mener à bien. Il est crucial de tout bien comprendre afin d’obtenir des documents traduits dans les règles de l’art. Ainsi, dans cette première étape, le traducteur commence par lire entièrement et attentivement les textes sources à traduire. En les analysant en profondeur, il peut souligner les expressions et mots qu’il ne connaît pas. Ceux-ci sont bien sûr nombreux dans les documents techniques.

Recherches terminologiques

Cette étape est essentielle lorsqu’on effectue des traductions techniques. C’est en effet dans cette phase que le traducteur examine les différents mots et expressions qu’il a soulignés précédemment pour en trouver la nature, la signification et le contexte dans lequel ils sont employés. Pour cela, il peut se servir d’un dictionnaire, mais pas n’importe lequel. Celui-ci doit être adapté à ce type de traduction. Il est également recommandé de consulter et d’étudier des documents de référence, des bases de données terminologiques en ligne, etc.

La traduction proprement dite

Maintenant qu’on a terminé les recherches terminologiques, il est temps de passer à la traduction proprement dite des documents techniques à traiter. L’idéal est que le traducteur chargé de réaliser la traduction vers une langue cible soit un locuteur natif et professionnel. Ainsi, il pourra assurer un certain niveau de précision, mais aussi de cohérence et de fluidité. Il devrait d’ailleurs disposer d’outils adaptés pour mener à bien le projet. Les outils de traduction assistée par ordinateur sont une bonne option.

Révision et correction

Une fois la traduction des documents techniques effectuée, le traducteur doit procéder à une révision et à des corrections si nécessaire. Pour cela, il doit comparer les textes sources avec ceux traduits pour vérifier qu’il n’y a pas d’éventuelles omissions. Cela lui permettra également de s’assurer que le ton et le style sont correctement rendus, et que la typographie et la mise en page sont bien conservées. Il doit surtout prêter attention à l’orthographe, à la ponctuation, à la conjugaison, à la syntaxe et la grammaire, aux divers termes techniques, etc.

Contrôle qualité

Pour terminer, le traducteur doit laisser de côté les documents techniques originaux et se focaliser sur les textes traduits. Cette dernière étape consiste notamment à s’assurer que la version définitive de ces derniers est à la fois claire, complète et peut se lire d’une façon naturelle. L’idéal est alors de la confier à d’autres professionnels de la traduction. Ceux-ci peuvent effectuer le contrôle qualité à l’aide de logiciels spécifiques dédiés à cet effet.